Crise agricole : l’inaction du gouvernement

Crise agricole : l’inaction du gouvernement


Crise agricole : intervention de Mathieu… par MathieuDarnaud

Depuis des mois, nous dénonçons l’inaction du Gouvernement face au désespoir des agriculteurs. Le Sénat, quant à lui, n’est pas resté spectateur de cette crise et a notamment organisé, en juillet 2015, une conférence agricole consacrée aux filières porcine, bovine et laitière.

De plus, en octobre dernier, nous déposions avec mon collègue Jacques Genest une proposition de loi en faveur de la compétitivité de l’agriculture et de la filière agroalimentaire, à l’initiative de notre collègue Jean-Claude Lenoir, président de la commission des affaires économiques. Cette proposition de loi, adoptée par le Sénat, avait pour objet d’encourager la compétitivité de l’agriculture et de l’agroalimentaire, à travers l’établissement de meilleures règles du jeu entre acteurs des filières agricoles et alimentaires, en facilitant l’investissement et la gestion des risques dans les exploitations agricoles ou encore à travers l’allègement des contraintes qui pèsent sur nos producteurs.

Nous partions du constat que « les filières d’élevage connaissent depuis quelques mois de très graves difficultés économiques qui ne font que s’accentuer et qui mettent en péril l’avenir même de la production agricole et d’un pan entier de notre industrie agroalimentaire« . Selon nous, ces « difficultés conjoncturelles masquent une faiblesse structurelle des filières d’élevage : face à une concurrence féroce qui provient autant sinon plus des autres États membres de l’Union européenne que des pays tiers, l’agriculture française doit s’adapter et gagner en compétitivité« .

Hier, à l’Assemblée nationale, les députés ont tenté de défendre cette proposition de loi. Or, le groupe PS, avec la complicité du Ministre de l’Agriculture, a déposé et fait voter une motion de rejet du texte. Autrement dit : aucune discussion, ni sur les articles, ni sur les amendements. Nous sommes profondément consternés de cette attitude politicienne face aux difficultés subies depuis de nombreux mois par les agriculteurs. Avec ce texte, le gouvernement avait l’occasion de manifester cette unité nationale à laquelle se réfère constamment les Ministres. Ils devront désormais, seuls, rendre des comptes aux agriculteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *